Menu

MEDITATION ET DOULEUR

8 mai 2018 - HYPNOSE MEDICALE
MEDITATION ET DOULEUR
« Méditer, c’est rester présent, rien de plus » Dr Jon Kabat-Zinn

La méditation pour gérer les douleurs physiques

Il y a deux approches dans la méditation : la focalisation et l’observation.
-La première est assez proche de l’autohypnose, et on a montré les possibilités de l’hypnose même en chirurgie, au CHU de Liège on a fait par exemple depuis 20 ans 20000 opérations sous hypnose. Ainsi, Marie-Elisabeth Faymonville, Anesthésiste, organise ces interventions sous hypnose.

https://www.rtl.be/info/magazine/science-nature/la-belgique-a-la-pointe-en-matiere-d-hypnose-voici-les-explications-d-une-specialiste-du-chu-a-liege-724772.aspx

-Quant à la méditation d’observation, elle est maintenant bien connue dans le milieu médical sous sa forme de méditation de pleine conscience. Même les patients qui disent que la méditation ne diminue pas leurs douleurs expliquent qu’ils la continuent quand même, car elle les aide à mieux les supporter.
La méditation pratiquée dans le cadre hospitalier allie les traditions contemplatives et les neurosciences.

Historique : 
– En 1979, Dr Jon Kabat-Zinn, fondateur de la Clinique de réduction du stress du centre hospitalier du Massachusetts (Etats-Unis), structure l’apprentissage de la méditation, fondé sur une approche éducative, préventive et laïque, et crée le « Centre pour la pleine conscience en médecine » (Center for Mindfulness in Medecine, Health Care and Society) applicant le programme MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction).

– En 1995, Zindel Segal, professeur du département de psychiatrie de Toronto, J. Teasdale et M. Williams combinent la MBSR à des outils de thérapie cognitive pour proposer le programme MBCT (Mindfulness Based Cognitive Therapy) comme intervention de prévention de la rechute dépressive.

– Ces deux protocoles sont utilisés à travers le monde dans les programmes de soins de divers hôpitaux et institutions de santé publique. En France, à l’hôpital Sainte-Anne avec Dr Christophe ANDRE (troubles anxieux et dépressifs, troubles du comportement alimentaire), à la Pitié Salpêtrière (néphrologie), à Saint Antoine (douleurs chroniques), à l’Hôpital Georges Pompidou (douleurs chronique, cancérologie), et à l’Institut Gustave Roussy (cancérologie).

– Depuis une dizaine d’années ces programmes élargissent également leur champ d’application au monde de l’éducation et de l’entreprise (risque psycho-sociaux).


– Jacques Vigne, Médecin psychiatre depuis 35 ans, pratique la méditation depuis 43 ans. Il a été formé à Saint-Antoine (Pr Alby) et a travaillé trente ans comme chercheur principalement en Inde.
Dans sa quinzaine d’ouvrages publiés, il étudie principalement le rapport entre méditation et psychologie, en faisant de nombreux ponts entre neurosciences et psychologie religieuse, en particulier dans son dernier ouvrage Pratique de la méditation laïque. qui ouvre sur la théorie et la pratique des applications de la méditation dans les institutions publiques, que ce soit de santé, d’éducation ou même les centres de détention.

Jacques Vigne a publié :
– Soigner son âme (méditation et psychologie), Livre de poche chez Albin Michel
– Guérir l’anxiété (sur dépression, angoisse et méditation), Editions Relié
– La faim du vide (sur l’approche méditative et psychocorporelle dans l’anorexie)
– Le maître et le thérapeute
– Les troubles du comportement alimentaire chez l’enfant et l’adolescent, contribution au chapitre Yoga et méditation, Collection Pedia d’Elsevier-Masson
– La méditation contre les douleurs physiques, Editions du Relié, parution à venir
http://www.jacquesvigne.com/

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :